JUDICIAIRE

Assises Nivelles : les deux accusés déclarés coupables de l’assassinat de Luc Van Roy

Assises Nivelles : les deux accusés déclarés coupables de l’assassinat de Luc Van Roy

(Illustration) BELGA

La cour d’assises du Brabant wallon a rendu vendredi soir son verdict sur la culpabilité de Claudine Vannimmen et de Walter Van Roy, accusés d’avoir tué Luc Van Roy dans la nuit du 21 au 22 avril 2013 dans la ferme familiale de Braine-le-Château.

Les jurés ont estimé que Claudine Vannimmen était coupable de l’assassinat de son mari, alors qu’elle niait les faits depuis le début de l’enquête et que ses avocats avaient tenté d’obtenir son acquittement. Walter Van Roy, le fils de la victime, qui est en aveu depuis son premier interrogatoire, a été jugé coupable de parricide.

Claudine Van Roy, née en 1968, affirmait ne pas avoir été mise au courant par son fils Walter et son autre fils, mineur d’âge, de leur intention de tuer leur père. Celui-ci a été tué par Walter, qui avait utilisé un fusil de chasse pour tirer deux munitions de chevrotine dans la tête. Au moment des faits, Luc Van Roy dormait dans un canapé. Il avait ingéré des somnifères placés à son insu dans son repas du soir.

Les jurés ont notamment retenu à l’encontre de la mère les déclarations concordantes de ses deux fils, qui l’impliquaient dans la préparation de leur projet criminel alors qu’ils n’avaient pas pu se concerter depuis leur arrestation. Le jury relève aussi que les deux fils, vu leurs capacités intellectuelles limitées, n’étaient pas capables d’élaborer un tel scénario impliquant leur mère. Certains points des déclarations de l’accusée ont également été jugés non crédibles. Les jurés ont donc répondu ‘oui’à la question de l’homicide volontaire, et ‘oui’à la question de la préméditation.

En ce qui concerne Walter Van Roy, les jurés l’ont déclaré coupable de parricide, l’intention de tuer son père se déduisant notamment de l’utilisation des somnifères puis d’un fusil de chasse, de la localisation des tirs et de la faible distance entre la victime et le tireur au moment de l’assassinat.

La peine qui sera infligée aux deux accusés sera fixée lundi.