Dans le traitement, on va vers moins de régimes, et vers davantage d’antidiabétiques, surtout oraux. Avec quel coût? Trop tôt pour le dire.

Un groupe multidisciplinaire se penche en ce moment sur cette piste. «Mais il s’agit de prévenir ou de retarder au maximum les complications liées au diabète, qui est aussi une maladie très complexe», plaide le Dr Van Casteren.

Complications? Elles sont nombreuses et touchent potentiellement le système cardiovasculaire, les reins, les yeux… «Transplantations, dialyses, infarctus, AVC, tout ça a aussi un coût très important, réplique Viviane Van Casteren. C’est un très gros problème. Et désormais, le diabète lié à l’obésité touche des générations plus jeunes. Avant, on disait que le risque pouvait exister à partir de 40 ans. Aujourd’hui, même si le groupe d’avant 40 ans n’est pas encore énorme, la frontière s’estompe. On peut dire que le diabète devient une épidémie.»