RACISME

Moins on connaît, plus on a peur

Moins on connaît, plus on a peur

(photo Belga)

Le racisme augmente. En 2009, 18 % de signalements racistes en plus ont été enregistrés. Et le lieu d'exutoire raciste par excellence est devenu internet.

Vous avez un ami d'origine étrangère ?

Si vous êtes Belge, vous avez une chance sur quatre de devenir amis. et sinon la moitié des Belges (51 %), ne considèrent pas gênant d'avoir un ami d'origine étrangère. « Plus les contacts sont fréquents, plus les préjugés tombent », concluent les auteurs de l'étude menée pour le centre pour l'égalité des chances.

Une étude présentée à l'occasion de la journée de lutte contre le racisme.

Ces statistiques brutes doivent être nuancées, estime le centre pour l'égalité des chances. Près de la moitié des personnes interrogées (48 %) pensent que les attitudes des Belges à leur égard sont un peu ( 32 %) ou bien meilleures (16 %) qu'il y a quelques années. 42 % estiment par ailleurs que leur propre attitude à l'égard des Belges s'est améliorée.

1. Les Maghrébins se sentent mal. Tout va mieux, alors ? Pas pour tout le monde. Les Maghrébins sont 48 % à trouver que les attitudes à leur égard se dégradent. Les autres groupes minoritaires ne sont que 13 % à dénoncer une telle situation. Et au total, les préjugés les uns envers les autres ont toujours la vie dure.

2. Internet sert d'exutoire. Vous voulez croiser des racistes ? Allez sur internet. Allez sur les forums. Ils y pullulent. « Internet est devenu, sinon l'exutoire d'un racisme latent, le lieu d'expression principal de propos racistes et de haine », explique le centre pour légalité des chances. Plus d'un signalement « raciste » sur quatre enregistré par le Centre a trait aujourd'hui à internet. la tendance s'était déjà marquée en 2008.

3. Racisme au boulot. Après Internet, c'est au boulot qu'on côtoie le plus de comportements racistes : un fait sur cinq en 2009 s'est déroulé sur le lieu de travail. Par ailleurs, pas moins de 65 % des personnes d'origine étrangère interrogées ont en effet le sentiment d'être discriminées ou moins bien traitées au niveau de l'emploi. Et 52 % des Belges interrogés au sujet de leurs perceptions des minorités (étude Ipsos menée en mars 2009) reconnaissent que celles-ci ont des difficultés d'accès à l'emploi.

4. la diversité, ce n'est pas gagné. La richesse des autres cultures, on dit « oui » avec sa tête et (souvent) « non » dans son quotidien. Tant les Belges que les personnes d'origine étrangère restent ambivalents sur cette question. 29 % des Belges trouveraient très gênant que leur fils épouse une personne d'origine étrangère. Pareil de l'autre côté de la barrière. Les personnes d'origine étrangère sont 33 % à ne pas accepter du tout un ou une fiancée belge dans leur famille.

5. On se côtoie si peu.Belges et minorités se rencontrent très rarement. Plus de la moitié des Belges (55 %) affirment n'avoir jamais de contacts avec les personnes issues de minorités. 1 % ( !) seulement dit en avoir régulièrement. Pourtant, conclut le centre pour l'égalité des chances, plus les contacts sont fréquents, plus l'attitude envers « l'autre » est tolérante.