Perquisition abusive chez Greenpeace?

L'association déplore l'attitude d'Electrabel. (photo EdA)

Greenpeace ne comprend et n'accepte pas l'attitude d'Electrabel, à l'origine de la perquisition qui s'est déroulée lundi matin dans ses bureaux. La visite s'est soldée par l'enlèvement de son serveur informatique.

"Nous comprenons difficilement pourquoi Electrabel adopte ce genre d'attitude qui a tout de l'abus de procédure. Quand nous manifestons, nos intentions sont toujours claires et nous ne manquons pas de les affirmer. C'est complètement déplacé de nous imposer une perquisition et de nous empêcher de travailler. Tout le monde sait que nous n'avons rien de malfaiteurs", indique Peter De Smet, directeur général de Greenpeace. L'association environnementaliste espère que la justice fera rapidement la part des choses et qu'Electrabel prendra ses responsabilités en matière de climat.

Greenpeace a manifesté pacifiquement et, selon elle, sans conséquences pour le personnel d'Electrabel le 27 octobre dernier devant le siège de l'électricien pour lui demander d'abandonner les énergies polluantes et/ou dangereuses que sont le charbon et le nucléaire. (Belga)