Le Vlaams Belang sous tensions

Il y a de la bisbrouille au Vlaams Belang (photo Belga)

Un certain flottement règne depuis quelques jours au sein du Vlaams Belang qui cherche à se repositionner en vue du scrutin législatif du 10 juin. Des dissensions se font jour sur l'attitude à adopter.

    Certains souhaitent un programme "plus acceptable", d'autres le réclament plus dur. Quant au chef de file anversois Filip Dewinter, il est contesté depuis son relatif échec du 8 octobre à Anvers.
    Il y a trois jours, le député flamand Jurgen Verstrepen proposait de rassembler pour les élections du 10 juin l'ensemble des "forces de droite" au sein d'une même liste déposée à côté des listes "Vlaams Belang" pur jus. Cette liste "Forza Flandria" aurait regroupé des candidats du CD&V, de la N-VA, de la Liste Dedecker et du Vlaams Belang. 
    La proposition a immédiatement été rejetée par le président du parti d'extrême droite, Frank Vanhecke, ce dernier soulignant qu'une telle initiative ferait perdre des voix aux forces flamandes de droite. Le président a qualifié M. Verstrepen "d'apprenti-sorcier". 
    M. Vanhecke prône quant à lui un véritable rassemblement des forces flamandes de droite autour du Belang. Il l'a répété lors des voeux du parti, samedi dernier. Le président tente par là d'attirer à lui la liste du sénateur Jean-Marie Dedecker, ex-VLD et ex-N-VA. Ce dernier n'a pas, jusqu'à présent, répondu favorablement à l'appel mais il n'a pas encore, non plus, exclu définitivement cette possibilité. 
    
Linge sale en famille

    Autre signe de tension, ce lundi, c'est la députée flamande Marie-Rose Morel, figure en vue du parti, qui a fait une sortie remarquée dans le quotidien Het Laatste Nieuws. Elle y indique que la figure de proue Filip Dewinter est dans le doute depuis le ressac électoral anversois du 8 octobre. Ce dernier se demande s'il ne faut pas durcir la ligne du parti, ajoute Mme Morel, précisant qu'à cette fin M. Dewinter a offert à M. Dedecker de tirer au Sénat une liste commune au VB. M. Dewinter a dû renoncer à son plan face à l'hostilité en interne incarnée par Mme Morel. Le Laatste Nieuws titrait lundi : "Morel attaque Dewinter".
    Le traditionnel bureau hebdomadaire du Vlaams Belang a duré plus longtemps que prévu lundi. On y a notamment insisté pour que les discussions à propos du programme, de la formation des listes et des éventuelles alliances n'aient plus lieu sur la place publique. Seul le président Frank Vanhecke est encore autorisé à communiquer sur l'"affaire Morel", afin notamment de "ne pas laisser le sentiment qu'il y aurait des divergences en interne". (Belga)