Roumanie: faux prix et menaces de cambriolage pour démobiliser les électeurs

Roumanie: faux prix et menaces de cambriolage pour démobiliser les électeurs

Des électeurs roumains aux urnes, le 30 novembre 2008 à Bucarest

Alors que les partis politiques encourageaient dimanche les Roumains à voter en grand nombre pour renouveler leur Parlement, des plaisantins multipliaient canulars et fausses alertes pour les démobiliser, a-t-on appris auprès de la police.

"Votre appartement risque d'être cambriolé ce week-end, alors dimanche surtout ne sortez pas": plusieurs habitants du département de Prahova (sud) ont reçu un tel appel samedi, de la part d'un homme se présentant comme policier.

Inquiets, "ils ont appelé le numéro d'urgence 112 pour vérifier la véracité de cette alerte", a indiqué à l'AFP la porte-parole de la police de Prahova, Raluca Brezeanu.

"Nous avons averti les habitants qu'il s'agissait de faux appels, qui n'émanent pas de la police", a-t-elle ajouté.

D'autres personnes ont été ravies d'apprendre, toujours par téléphone, qu'elles avaient gagné un prix. "Il vous sera livré dimanche, attendez-nous", ont assuré les mauvais plaisants, selon elle.

Le Parti social-démocrate (PSD, opposition) a pour sa part fait état de coups de téléphone anonymes informant les électeurs de ce même département que le bureau de vote de leur circonscription "avait pris feu" ou que les "tampons ont été volés". "Inutile donc de vous déplacer", leur disait-on.

"Il s'agit d'une campagne de désinformation visant à tenir les électeurs loin des urnes", s'est insurgé le PSD, sans pouvoir préciser si un parti politique quelconque se trouvait derrière ces faux appels.

A mi-journée, le taux de participation à ce scrutin, marqué par un duel serré entre le PSD et le Parti démocrate-libéral (PDL, opposition) s'élevait à 19,84%.