Gandhi était un défenseur de la non violence. Dans le pays où il a grandi, il existe des castes et Gandhi veut l’égalité des droits pour les « intouchables », les personnes qui sont dans la caste la plus basse, ceux dont personne ne veut.

En 1930, l’Inde était une colonie britannique. Elle appartenait à la Grande-Bretagne, qui dirigeait ce territoire et profitait de ses richesses. Beaucoup d’Indiens espéraient le départ des Britanniques, Gandhi aussi. On le surnommait le Mahatma, « la grande âme », car cet homme avait la conviction qu’un combat doit se faire sans violence.

Il n’utilisait que des discours, des manifestations et de la désobéissance pour exprimer ses idées.

Gandhi défendait la non violence et a réalisé la marche du sel

Il avait été formé au droit en Angleterre. Et il n’acceptait pas les lois injustes appliquées dans son pays par les autorités britanniques. Par exemple , la loi interdisait qu’un Indien ramasse le sel déposé naturellement sur une plage ! S’il voulait du sel, il devait payer une taxe (un impôt) aux colons britanniques.

Comment s’opposer à pareille injustice ? Gandhi a encouragé les Indiens à la désobéissance civile, c’est-à-dire à faire quelque chose qui montre qu’ils refusaient d’obéir. Mais il les a encouragés à le faire de façon pacifique (sans violence). Il a imaginé organiser une marche.

Gandhi et quelques dizaines de personnes ont parcouru 388 km pour rejoindre l’océan Indien. Sur place, le 6 avril, le Mahatma a posé un geste interdit : il a pris de l’eau salée dans la mer.

Des milliers d’Indiens ont imité son geste et, comme Gandhi, ils se sont retrouvés en prison. Mais l’opposition pacifique de Gandhi a marqué les esprits.

La lutte par Gandhi contre le système des castes en Inde

Gandhi a aussi lutté contre le système des castes, c’est-à-dire contre la division des Indiens en groupes qui ont chacun leurs règles. Il a demandé de ne plus rejeter les Intouchables, la caste regroupant les gens qui n’ont pas de droits et font les travaux les plus pénibles.

Cet homme a obtenu le départ des Britanniques et l’indépendance de l’Inde en 1947, après des années de lutte pacifique et plusieurs séjours en prison. L’Inde était dirigée par la Grande-Bretagne depuis 1750.

Gandhi en appelait à la tolérance des hindous envers les musulmans

En 1947, l’Inde est divisée en deux nations indépendantes: l’Inde et le Pakistan. Mais la partition conduit rapidement à une violente guerre de religion entre hindous (Inde) et musulmans (Pakistan). Plus de 15 millions de personnes sont déplacées et environ 2 millions perdent la vie.

Gandhi voulait agir pour que cessent ces violences. Il s’est rendu à New Delhi (la capitale de l’Inde) pour participer à des réunions de prière. Il en appelait à la tolérance des hindous envers les musulmans, ce qui mettaient les fanatiques hindous en colère. Et c’est là qu’il a été assassiné par un hindou extrémiste.

Gandhi est mort assassiné en 1948, l’année de l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Ce texte important est à présent traduit dans plus de 500 langues de le monde.

Après sa mort, ses idées ont été suivies par de nombreuses personnes, notamment Nelson Mandela.