La COP27, le 27e sommet mondial sur les changements climatiques organisé par les Nations Unies (ONU, organisation mondiale chargée de faire respecter la paix dans le monde), s’est clôturée dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 novembre à Charm el-Cheikh, en Égypte.

Pendant deux semaines, près de 200 pays avaient pour but de trouver ensemble de nouveaux accords plus ambitieux afin de limiter le réchauffement climatique. Certains saluent une avancée historique, d’autres estiment les efforts insuffisants.


Accord historique


L’avancée majeure de cette COP27 se résume en un point : la création d’un fonds (une réserve d’argent) « pertes et dommages », dont le but sera d’aider financièrement les pays pauvres les plus touchés par le changement climatique. L’argent mis à disposition dans ce fonds devrait permettre à ces pays de faire face aux dégâts matériels, aux problèmes de récoltes, aux déplacements de populations, etc.

C’est la première fois qu’un pareil fonds voit le jour. Qualifié d’ « avancée historique », cet accord doit encore répondre à de nombreuses questions pratiques : qui alimentera ce fonds ? Quels seront les montants à verser ? Quels seront les pays contributeur et les pays bénéficiaires, et selon quels critères ?


Manque d’ambition


Hormis la création du fonds « pertes et dommages », les accords conclus lors de cette COP27 ne sont pas vraiment à la hauteur des espérances. Ce 27e sommet mondial pour le climat manque d’ambition.

Si l’objectif de contenir le réchauffement de la planète à +1,5 °C d’ici 2100 a été maintenu, aucune nouvelle mesure concrète n’a été prise pour réduire davantage la production de gaz à effet de serre et sortir de la production et de l’utilisation des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturels), principaux responsables du réchauffement climatique. Les pays ont simplement été invités à redoubler d’efforts, chaque nation étant libre de mener son propre plan d’action. Seulement, les engagements actuels ne permettent pas de tenir l’objectif de départ. Si les pays continuent avec les mesures prises jusqu’ici, la Terre pourrait atteindre les +2,8 °C à la fin du siècle.

Des accords communs plus forts seront-ils pris lors de la COP28, le prochain rendez-vous mondial pour le climat organisé aux Émirats arabes unis (Moyen orient) ? Il faudra attendre novembre 2023 pour le savoir…