Nous sommes dans la période de l’année où les araignées communes (ou de maison) sortent de leur cachette et partent à la découverte de notre maison. De quoi donner des frissons à plus d’un arachnophobe (personne qui a peur des araignées).

Période de reproduction

«Le début de l’automne, vers septembre-octobre, est une période particulière pour les araignées», explique Arnaud Henrard, arachnologue (qui étudie les araignées) au Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren (Brabant flamand).

«Elles ont passé l’été à se nourrir. Elles sont maintenant en bonne forme et matures sexuellement. C’est à ce moment-ci que les mâles vont parcourir la maison à la recherche de femelles afin de se reproduire. D’habitude, ces animaux sont assez discrets. Ici, puisqu’ils bougent plus, on les remarque plus aussi», précise-t-il.

L’été fort pluvieux a-t-il fait augmenter la population d’araignées?

Cet été était un peu particulier, concède Arnaud Henrard. «Il a fait très humide. Cela a favorisé le développement d’autres insectes. Les proies étaient plus nombreuses pour les araignées, ce qui a peut-être permis une augmentation de leur population. Il faudra toutefois attendre d’avoir une étude à ce propos.»

Le saviez-vous?

Les araignées sont apparues sur Terre il y a 400 millions d’années (bien avant les dinosaures).

On les retrouve presque partout: forêts, prairies, grottes, eaux douces, maisons, etc.

Il en existe plus de 42.000 espèces connues à ce jour.

En moyenne, 1.000 araignées se cachent dans une maison bien entretenue.

Un insecticide naturel

Que l’on aime ou non ces petites bêtes à huit pattes, celles-ci sont importantes pour notre écosystème (un ensemble constitué par un milieu, et les êtres vivants qui y vivent). Les araignées communes (ou de maison) sont des insecticides (tueurs d’insectes) naturels très efficaces. Elles se nourrissent d’insectes et débarrassent nos maisons de certains nuisibles.

«Il ne faut pas s’en débarrasser, elles ont leur rôle à jouer», précise Arnaud Henrard, avant de poursuivre, «mais si vous ne supportez pas les araignées, alors relâchez-les, mais ne les tuez surtout pas!»

Comment faire pour les relâcher? «Simplement à l’aide d’un bocal et d’une feuille. C’est la manière la plus simple. Ensuite, relâchez la ou les araignées un peu plus loin, dans le jardin. Il y a peu de chance qu’elles reviennent chez vous ensuite», conclut Arnaud Henrard.

Piéger une araignée dans un verre et glisser une feuille par-dessous, une technique efficace afin de la relâcher à l’extérieur.

Des bêtes inoffensives

À la question: doit-on craindre les araignées? La réponse est NON!

Les araignées présentent chez nous sont totalement inoffensives, explique Anne Weiserbs, responsable de projet chez Natagora (agence qui a pour but de protéger la nature en Wallonie et à Bruxelles). «Pour en trouver des dangereuses, il faut se rendre dans le sud de la France. Là-bas, il y a la recluse, dont le venin peut provoquer de graves infections chez les humains. Chez nous, il n’y a rien de tout cela. Il faut juste apprendre à vivre avec des animaux que l’on ne trouve pas beaux au départ», confie-t-elle.

Peut-on tout de même être mordu? «C’est extrêmement rare. Les araignées ne s’approchent pas des humains, de manière générale. Elles ont peur de nous. D’ailleurs, la croyance populaire qui dit qu’on avale des araignées pendant notre sommeil est totalement fausse! Même lorsqu’e l’on dort, les araignées se tiennent à l’écart de nous», poursuit Anne Weiserbs.

Et si toutefois vous vous faites mordre, la morsure sera facilement reconnaissable. Deux trous seront visibles à l’intérieur. Mais, même dans ce cas, cela restera totalement bénin (pas grave).