Parmi les dieux du monde romain, on connaît Jupiter, Vénus, Mercure… Pourtant, entre le 1er et le 4e siècles, le culte d’un autre dieu, Mithra, a connu un succès impressionnant, en particulier auprès des soldats romains et des esclaves affranchis (à qui on a rendu leur liberté).

Mithra est un dieu venu de Perse (nom ancien de l’Iran). Comment est-il arrivé jusqu’aux Romains ? Mystère ! Mais on a retrouvé près de 150 sanctuaires (sites sacrés) sur tout le territoire de l’Empire romain.

La promesse de l’immortalité


Un mythe, c’est une histoire fabuleuse qui raconte la vie des dieux et des hommes. Celui de Mithra débute par un accident. Le fils du Soleil, Phaéton, a emprunté le char de son père mais en a perdu le contrôle. C’est le chaos dans le ciel et la désolation sur la Terre. Celle-ci implore Jupiter, le plus important des dieux romains, d’intervenir. Celui-ci décide de créer un nouveau héros : Mithra.

Le jeune dieu va évidemment réussir sa mission ! Il tue un taureau dont le sang régénère (reconstitue) le monde. Jaloux de ses exploits, le Soleil le provoque en duel mais perd. Mithra lui tend la main en signe de réconciliation et devient le maître de l’univers.

Dans l’Empire romain, les adeptes de Mithra vont reprendre cette poignée de main et adopter un modèle de vie centré sur l’entraide et la fraternité. Des petites communautés d’hommes se forment au cœur de sanctuaires souterrains. Chacun se met au service de la collectivité. Pour être accepté, il faut réussir une série d’épreuves. Les adeptes du culte de Mithra portent des masques de corbeau ou de lion, des signes qui correspondent à des grades et des rites. La participation à tout cela garantit l’immortalité (la vie éternelle).

L’exposition qui se tient au musée de Mariemont raconte tout cela. Elle invite les enfants à mener un travail précis d’enquête, grâce à un carnet documenté et amusant. Une belle découverte à réaliser jusqu’au 17 avril ! 

+ Plus d’informations sur le site du musée