ÉLECTIONS EN RDC

Si Reynders salue la tenue des scrutins, il s’inquiète de leur bon déroulement

Si Reynders salue la tenue des scrutins, il s’inquiète de leur bon déroulement

Photo News

Didier Reynders, s’est réjoui dimanche de la tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales en République démocratique du Congo. Mais s’inquiète des irrégularités déjà observées…

Le ministre belge des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders, s’est réjoui dimanche de la tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales – plusieurs fois reportées – en République démocratique du Congo (RDC), tout en s’inquiétant du déroulement de ces scrutins caractérisés, selon des observateurs sur place, par de nombreuses irrégularités.

«L’élément positif, c’est que ces élections ont lieu», a-t-il affirmé à l’agence Belga en rappelant combien la population congolaise attendait ces scrutins, au départ prévus en 2016, avant d’être reportés à 2017, puis du 23 au 30 décembre 2018, à l’exception de quatre circonscriptions en crise, où ils ont été reportés à mars prochain.

Ces élections au déroulement apparemment chaotique sont «sous la responsabilité entière des autorités congolaises», a souligné le chef de la diplomatie belge, en faisant allusion au fait que le gouvernement de Kinshasa a refusé toute aide extérieure pour l’organisation des scrutins, dont une présidentielle censée désigner le successeur du président Joseph Kabila, au pouvoir depuis janvier 2001.

M. Reynders a rappelé qu’il convenait maintenant aux Congolais eux-mêmes de déterminer si ces élections peuvent être considérées comme «correctes» et «crédibles».

Il a insisté sur l’importance de l’observation électorale menée par l’Église catholique.

La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a prévu de déployer 1.026 observateurs à long terme et observateurs à court terme sur l’ensemble de l’immense territoire de la RDC, en l’absence d’observateurs européens et américains, refusés par le régime de Kinshasa.