article abonné offert

«De belles armes offensives»

Philippe Deschryver se méfie de ce championnat où les équipes B devraient être capables de jouer un rôle en vue et sait que son groupe a besoin de temps pour se mettre au diapason.