ravel du bout du monde -

Un samedi à la découverte des traditions ancestrales

Samedi, les ravelistes du bout du monde n’ont pas beaucoup pédalé, mais ont pu découvrir des traditions aussi différentes qu’anciennes : la vie des fromagers du 19e siècle et celle des Indiens ilnus de Mashteuiatsh.

Ce n’est certainement pas ce samedi que le compteur kilométrique des cyclistes belges s’est envolé… Avec une troisième étape de seulement 30 petits kilomètres, c’est surtout l’immersion dans la culture locale qui a été privilégiée.

Du fromage qui fait « scouitch-scouitch »

En milieu de matinée, c’est au musée du cheddar à Saint-Prime que l’on a posé les bicyclettes.

Construite en 1895, la fromagerie de la famille Perron est la dernière que l’on peut encore visiter (sur les 1 250 du même type qui existaient à l’époque).

De quoi faire un bond historique sur la manière dont ont vécu cinq générations de fromagers, mais aussi sur les techniques de fabrication utilisées par nos ancêtres pour obtenir le célèbre fromage québécois (notamment celui en grains, utilisé dans les poutines).

Le coup de cœur de la visite revient sans conteste à Rachel. Dans la peau, le costume et la maison de Mme Joseph Perron, sa propre grand-mère, elle a compté comment vivait sa famille il y a près d’un siècle.

Avec passion, elle a parlé des grandes tablées qui accueillaient les 12 enfants, les employés de la maison et M. le curé. Avec douceur, elle s’est souvenue de sa grand-mère, de son courage de mère et d’épouse et des gestes qui faisaient son quotidien. Un moment touchant qui n’a laissé personne indifférent.

Chez les Indiens

Après-midi, changement radical de décor. C’est au cœur de la communauté des pekuakamiulnuatsh (montagnais du lac Saint-Jean) que nos Belges se sont immergés.

Loin de parler désormais couramment le nehlueun (langue locale), les ravelistes ont eu, à Mashteuiatsh, un aperçu de la façon dont vit encore aujourd’hui cette communauté d’Indiens d’Amérique du nord.

Ils ont d’ailleurs eu l’occasion de rencontrer les artisans du coin, de partager un repas traditionnel et de dormir dans des tipis.