Société

Une stratégie contre la radicalisation

Les moyens humains sont limités : quatre personnes, seulement, font partie de la cellule de lutte contre la radicalisation violente, constituée au sein de la Direction générale « Sécurité et Prévention » du Service Public Fédéral (SPF) Intérieur.

La stratégie ne s’en veut pas moins ambitieuse : combattre globalement un phénomène révélé au grand jour par l’engagement de jeunes Belges d’origine étrangère dans le conflit en Syrie.

Cet engagement doit être global : Régions et Communautés seront engagées dans la démarche préventive.

Prévention contre les «frustrations susceptibles de constituer le terreau de la radicalisation», ou de la «radicalisation et déradicalisation en prison» , mais ce volet inclut la lutte contre la radicalisation sur Internet et «l’organisation de contre-discours», ou encore «l’accroissement de la résistance morale» des individus et des groupes, face aux discours extrémistes.

Les Communes aussi...

Les Communes ont elles aussi leur rôle à jouer. Dans le prolongement de réunions qui ont rassemblé la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet (cdH), et les bourgmestres des principales villes concernées par le phénomène, des «projets communs en matière de rédaction d’outils de communication et de journées de formation» ont été élaborés. Une brochure a également été élaborée pour prévenir le départ de jeunes combattants pour la Syrie.

Un «inventaire des bonnes pratiques européennes» a aussi été mis à la disposition des autorités locales afin de les aider dans la préparation et la mise en œuvre de leur stratégie locale de prévention et de lutte contre le radicalisme. Le document, précise le ministère de l’Intérieur, est «disponible sur un site Web sécurisé, évolutif, et régulièrement actualisé».

Joëlle Milquet s’est également rendue aux États-Unis dans ce cadre; sur le même sujet, elle a rencontré «une soixantaine d’imans» dans tout le pays; et une formation spécifique a commencé à être dispensée aux policiers.

Et puis, promet la ministre, trois «experts complémentaires» viendront renforcer la cellule : la lutte contre la radicalisation violente sera de longue haleine!