Scouts: 270.000 jeunes se mettent au vert

Scouts: 270.000 jeunes se mettent au vert

Un ministre wallon, un ministre flamand et des scouts bilingues, une image sympa de la Belgique

ÉdA Ca D.

Deux ministres se sont invités dans la troupe des scouts de Sint-Joris basée à Hemptinne. Pour déclarer ouverte la saison des camps d’été.

Ils s’appellent Lucas, Tristan, Édouard… Ils ont entre 8 et 11 ans. Ces petits Flamands qui sont pour la plupart bilingues ont déposé leur sac à dos, dimanche, dans la superbe ferme du sanglier à Hemptinne.

«Comme chaque année, les adieux avec les parents ont été difficiles pour certains, explique Couguar, alias Henri Caron, l’un des six animateurs de la troupe de Sint-Joris de Gent. Mais on a organisé un match de foot pour leur changer les idées et ça a marché.» Les chefs sont à pied d’œuvre depuis jeudi pour monter les tentes, préparer les jeux, faire les courses (denrées non périssables) au Colruyt et à l’Aldi du coin.

Les quinze louveteaux – quatre doivent encore rejoindre le camp – ont passé leur première nuit dans la grange particulièrement imposante avec son plafond très haut en forme de coque de navire renversée et ouverte aux vents. «Ce qui est bizarre c’est qu’il n’y a pas de porte mais on n’a pas eu froid», explique Édouard, 10 ans. Ce vétéran qui en est à son quatrième camp en a vu d’autres.

Pour l’heure, les gamins ne semblent pas trop perturbés par la présence des journalistes et des photographes. Ils jouent au jeu des épreuves : Édouard se momifie avec du papier WC, Tristan doit faire un parcours les yeux bandés, d’autres gonflent des ballons, dansent la Macarena… Presse et ministres obligent, ils ont revêtu leur uniforme : bermuda kaki, chemise grise et foulard écossais. La casquette est facultative. Dans la prairie baignée de soleil, l’ambiance est assez paisible.

Table ronde « camps-kampen »

Entre les deux ministres, Paul Furlan, en charge des Pouvoirs locaux et du Tourisme et Pascal Smet, ministre flamand de la Jeunesse, l’ambiance est tout aussi cordiale. On se tutoie et on se promet de mettre tout en œuvre pour renforcer la coopération pour l’organisation des camps des mouvements de jeunesse de part et d’autre de la frontière linguistique. Grâce notamment à une table ronde «camps-kampen» organisée une fois ou deux par an avec les représentants des mouvements de jeunesse et autres associations des deux communautés. «C’est la première fois que deux ministres se rencontrent et décident de travailler ensemble, se réjouit Pascal Smet. Je suis persuadé que chaque communauté peut apprendre de l’autre, alors que le monde politique et les médias ont tendance à nous monter l’une contre l’autre

Pour Paul Furlan, ces camps sont une belle opportunité de faire découvrir la région wallonne à des petits Flamands de façon positive. «47 000 jeunes néerlandophones séjourneront en Wallonie cet été. Ça crée des liens. On a déjà le projet Well’Camp qui favorise la cohabitation entre les jeunes, les riverains et les communes, la Charte pour les camps qui met en évidence les droits et devoirs de chacun mais il faut aller plus loin notamment en proposant des endroits adéquats qui sont aux normes en matière de sécurité, présentant un minimum de confort à un prix abordable

Lucas et Tristan ont écouté d’une oreille distraite. Eux, ce qu’ils attendent avec impatience, ce sont les journées hike, le jeu de Stratego géant dans les bois et la surprise que leur ont préparée les chefs.

+ Prolongez l'info dans L'Avenir de ce mardi