Cyclisme

Amstel Gold Race: victoire de l’Italien Gasparotto, Vanendert 2e, Gilbert 6e

Amstel Gold Race: victoire de l’Italien Gasparotto, Vanendert 2e, Gilbert 6e

Belga

L'Italien Enrico Gasparotto a remporté la 47e édition de l'Amstel Gold Race (WorldTour) au terme des 256,5 km et des 31 côtes du parcours néerlandais, dimanche à Valkenburg.

Le coureur de l'équipe kazakhe Astana s'est imposé au sommet du Cauberg en devançant au sprint notre compatriote Jelle Vanendert (Lotto-Belisol) et le Slovaque Peter Sagan (Liquigas).

Cadel Evans abandonne


Hormis une échappée matinale de neuf coureurs (avec entre autres les Belges Delfosse et Caethoven), l'épreuve a été dépourvue d'intérêt jusqu'à l'approche du final. L'abandon à 40 km de l'arrivée de l'Australien Cadel Evans, à cours de rythme, et la chute sans gravité de Jurgen Van den Broeck, qui réussissait néanmoins à réintégrer le peloton, furent les principaux faits de course à se mettre sous la dent.

Le Français Romain Bardet et l'Américain Alex Howes, les deux derniers fuyards repris peu après le Keutenberg à 10 km du terme, les escarmouches se succédèrent. Celle enclenchée en contre par Oscar Freire à 6 km du terme se révéla la plus payante. En tête avec une poignée de secondes sur Terpstra et le peloton qui suivait en abordant le Cauberg, le triple champion du monde résista jusqu'à 50 mètres du but.

Gilbert lance le sprint

Le sprint lancé de très loin par Philippe Gilbert permit toutefois à l'avant-garde du peloton de remonter l'Espagnol, Gasparotto, Venendert et Sagan se montrant dans l'ordre les plus rapides. Gilbert a finalement été le 6e à franchir la ligne d'arrivée.

Troisième en 2010, Gasparotto, 30 ans, dont l'un des ses principaux faits d'armes était jusqu'ici un titre de champion d'Italie sur route en 2005, a signé dimanche la première victoire d'Astana cette saison.

Jelle Vanendert: "Déçu car je suis passé tout près"

La saison dernière Philippe Gilbert pouvait souvent compter sur l'appui de son lieutenant Jelle Vanendert, comme lors de l'édition précédente de l'Amstel Gold Race lorsque le Limbourgeois avait fait le forcing pour ramener son leader sur Andy Schleck. Dimanche les rôles ont été inversés aux Pays-Bas, puisque c'est Vanendert qui a sauté dans la roue de Gilbert pour in fine disputer la victoire avec l'Italien Enrico Gasparotto.

"Dès que les coureurs de l'équipe BMC ont pris la course en mains, j'ai su qu'il fallait prendre le sillage de Philippe", a déclaré Vanendert. "Il nous a ramené jusque dans la roue de Freire avant que le vrai sprint ne débute. J'ai encore pu devancer Peter Sagan mais Gasparotto était un rien plus fort. Je suis néanmoins passé très près, c'est pourquoi je ne peux cacher ma déception. Ce n'est pas comme si j'avais été battu avec un gros écart," ajoute-t-il.
"Je me suis senti bien tout au long de la journée. Je ne me suis pas brûlé en roulant devant mais j'étais toujours au bon endroit s'il fallait réagir. Et dans la finale c'était dans la roue de Philippe Gilbert qu'il fallait être. Heureusement que j'ai su profiter du travail des BMC parce que j'étais complètement isolé. Dommage, mais d'un autre côté j'aborde les classiques ardennaises en bonne condition. Cela s'annonce bien." .