TELEREALITE

Jusqu'où la télé trash peut-elle faire du mal ?

Alors qu'un candidat de l'émission « Trompe-moi si tu peux » vient de se suicider, on peut se demander à quel point la téléréalité abîme ses candidats.

On pensait que la téléréalité avait atteint le fond du fond avec Dilemme mais il semblerait que la télé trash ait encore de la marge. La preuve avec Trompe-moi si tu peux qui aurait dû débuter demain sur M6 et être diffusé dans la foulée sur Plug RTL. Finalement, l'émission a été déprogrammée de la chaîne française et il se murmure même qu'elle ne serait plus du tout diffusée chez nous.

En cause : le suicide d'un des candidats dans la nuit de lundi à mardi. Évidemment, du côté de Studio 89, la société de production de l'émission, on affirme qu'il n'y a rien qui puisse démontrer qu'il y a un lien entre ce décès et le programme. Florence Duhayot, la directrice générale de la boîte de production, déclare que « rien ne laissait présager un tel geste. » Pourtant, plongés dans un environnement clos et subissant une pression médiatique intense à leur sortie, les candidats sont vulnérables. « Quand les gens s'engagent dans ce genre d'émissions, ils savent ce qu'ils font mais sont loin de contrôler ce qui va se passer, explique Jean-Yves Hayez, pédopsychiatre et professeur émérite à l'UCL. Les animateurs et la production tentent de pousser les candidats dans leurs derniers retranchements, d'attiser les conflits... Ils doivent subir des propos humiliants et passent parfois pour des nazes ou des loosers alors qu'ils recherchaient plutôt la gloire. »

De là à passer au suicide... « La tentative de suicide est généralement due à une accumulation d'expériences négatives, d'humiliations... Participer à ce genre de téléréalité peut constituer un chapitre particulier dans le livre de ces expériences négatives. » D'autant que ces émissions sont souvent considérées comme un tremplin vers la gloire pour ses participants. « Beaucoup sont déçus une fois que le soufflé médiatique retombe. Quand les feux de la rampe s'éteignent, vous retombez dans vos échecs. » La dérive pourrait encore être plus grave lorsque la téléréalité met en scène des enfants. « Des émissions comme Le grand frère ou Super Nanny crée une confusion des valeurs auprès des

gosses que l'on plonge dans un système artificiel. Ces expériences sont très négatives pour eux. »