DOCUMENTAIRE

Faut-il réanimer un bébé qui risque un handicap ?

Faut-il opérer une femme de 95 ans d'un cancer des intestins ? Faut-il réanimer un bébé, qui risque d'être handicapé à vie ? France 5 tente de répondre.

En 2002, un enfant né en état de mort apparente a été sauvé, mais a développé de très lourds handicaps en grandissant... Les parents ont alors réclamé 500 000 euros et l'hôpital a été condamné en novembre 2009. C'est une première en France. Les médecins auraient-ils dû cesser la réanimation ?

La question de l'acharnement thérapeutique est la conséquence des progrès de la médecine et du vieillissement de la population. Rien n'est plus difficile que de définir le juste soin. Où sont les limites ? Les progrès de la médecine permettent aujourd'hui de sauver des enfants prématurés de 500 grammes, nés beaucoup trop tôt. Or, 22 % sont porteurs d'un handicap « grave ». Leur avenir est-il alors prévisible ?

Faut-il opérer une femme de 85 ans après un infarctus lourd ? Faut-il lui imposer une intervention avec des risques de complications voire de décès, ou renoncer à des soins qui peuvent se révéler bénéfiques ? Peut-on reprocher un massage cardiaque effectué par une équipe du Samu, dépêchée en urgence sur les lieux ? Pourtant, parfois les séquelles ne permettent pas à la victime de retrouver une vie « normale ». À Berck, où des établissements soignent les handicapés, des accidents gravissimes ont changé à jamais la vie de ceux qui y séjournent. Rien ne pourra plus réparer ces corps brisés. Pourtant, des médecins leur ont sauvé la vie. À quel prix ? Quel est l'impact sur les familles ? Et quel est le coût de ces patients pour la société ? Autant de questions sérieuses auxquelles Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes tenteront d'apporter des réponses avec leurs invités .

France 5, 20.35