2 hommes sur 3 menacés d'une pénurie d'eau

L'agence des Nations unies pour l'Agriculture et l'Alimentation tire la sonnette d'alarme. (photo Reuters)

A l'occasion de la Journée mondiale de l'Eau, l'ONU a lancé jeudi un cri d'alarme quant à la situation des ressources en eau de la planète, soulignant que deux hommes sur trois étaient menacés d'une pénurie d'ici à 2025.

A l'occasion d'une conférence internationale organisée au siège de la FAO à Rome pour la "Journée Mondiale de l'Eau 2007", son directeur général Jacques Diouf a souligné la "grave préoccupation" de la FAO devant le fait que 1,2 milliard d'hommes vivaient déjà dans des zones où l'eau manque et que 500 millions d'autres étaient menacés de pénurie à court terme. "D'ici à 2025, les deux tiers de la population mondiale risquent d'être exposés à des conditions de stress hydrique (pénurie d'eau)", a affirmé le directeur de l'agence des Nations unies pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO).

70% des ressources en eau étant utilisées pour l'agriculture, la baisse généralisée des ressources du fait des changements climatiques et la pollution de très nombreux grands fleuves servant à l'irrigation font peser une menace directe sur l'alimentation dans les pays du sud, a rappelé M. Diouf. Le monde doit prendre conscience du fait que la lutte pour une eau propre et accessible à tous est devenue une priorité universelle, a-t-il souhaité. De l'accès à l'eau dépendent tant le développement de la lutte contre la faim "qui touche encore 850 millions d'être humains, un chiffre qui stagne", que la paix entre pays riverains des lacs et des fleuves. "En tant que communauté mondiale, nous avons les moyens d'améliorer grandement la gestion de nos ressources hydriques et de permettre à d'avantage de personnes d'accéder à l'eau" a estimé le directeur général. M. Diouf a réclamé des investissements "dans des programmes qui améliorent les systèmes de conservation et d'approvisionnement en eau, qui protègent les écosystèmes de la Terre et qui préservent l'humidité pluviale et utilisent plus efficacement l'eau pour la production vivrière." (Belga)

Le Belge consomme moins d'eau