Le malheur prend des formes très diverses selon les circonstances ; pour Madame Cunégonde Harr, il frappa à la Minuscule Taverne, sous l'aspect de son propre fils.

On n'imagine pas combien une vieille dame gnome peut se révéler dangereuse. Du moins on ne l'imagine pas tant qu'on n'a pas rencontré Mme Harr. Il existe une taille moyenne chez les gnomes, de l'ordre de quinze à vingt centimètres de hauteur sans le chapeau. Mme Harr dépassait les trente-cinq centimètres. Elle pesait près de cinq kilos (vêtements compris, car on ne déshabille pas une Mme Harr), et son teint coloré laissait deviner son penchant pour la bière forte. Elle avait le loisir d'en boire souvent tandis qu'elle tenait le comptoir de la Minuscule Taverne, le rendez-vous habituel de tout ce que Port-Glacier comptait en petit peuple assoiffé.

Lorsque le douzième coup de midi sonna au beffroi, Mme Harr déposa une soupière fumante sur une table et chercha son fils du regard.

La longue salle aux lambris noircis était presque vide. À la lueur qui filtrait par les petites fenêtres, on voyait deux lutins qui jouaient aux cartes en attendant leur bol de soupe ; un rat en redingote noire patientait au comptoir. Mais de gnome, point.

extrait de « Douze heures dans la vie d'un troll » Sigrid Renaud, éd. Gallimard Jeunesse, 8?50.