Le vent a tourné

Le Forem et le VDAB (Forem flamand) sont dans l'oeil du cyclone. Parce qu'ils sont au carrefour de plusieurs thématiques sensibles  : l'emploi, la formation, la réinsertion, le chômage. Ces institutions sont au coeur de l'articulation délicate entre l'économique et le social, entre la solidarité de la collectivité et la responsabilité de l'individu.

Voici 20 ans, Éric Hellendorff aurait peut-être eu de bonnes raisons de souffrir d'un complexe vis-à-vis de ses confrères flamands. Mais le vent a heureusement tourné. Comme son collègue ostendais, le directeur du Forem de Tournai est sur tous les fronts. Parle de droits et de devoirs.

Ce qui change un peu, ce sont les accents. Dans un sondage récent, à la question de savoir s'il faut accroître les sanctions à l'égard d'un chômeur qui refuse un emploi, 62  % des Flamands et 60  % des Wallons interrogés ont répondu «  oui  ». Voici quelques jours, le ministre flamand Vanvelthoven observait que la Wallonie avait résorbé son retard en matière d'activation des chômeurs.

F.D.

Ostende, ville pilote

Ostende fait office de ville pilote pour sa façon de faire face au problème du chômage. Le VDAB (Forem) local y dispose non seulement de méthodes très modernes mises au service des demandeurs d'emploi, mais prend également le problème des jeunes chômeurs à bras-le-corps.

Celui qui ne réagit pas spontanément aux offres d'emploi qu'on lui envoie est appelé au bureau du VDAB. Dès la seconde fois, des sanctions sont prévues, comme par exemple la suppression (partielle) des allocations de chômage.

Cette façon d'opérer est payante  : le chômage parmi les jeunes de moins de 25 ans à Ostende a baissé de 53  %  ! Pas étonnant, dès lors, que le ministre de l'emploi Vanvelthoven veut étendre le modèle ostendais à d'autres villes.

L'intention est louable, mais à Tournai, elle est irréalisable. Ils n'y disposent pas, du moins pour l'instant, de la technologie nécessaire  ; et surtout, il n'y a pas suffisamment d'emplois vacants.

Heureusement, le Forem vient de dénicher un nouveau marché  : les nombreux jobs à prendre dans cette Flandre Occidentale si proche. Espérons que ce projet pourra se concrétiser dans les mois à venir.

P. db.
(Het Nieuwsblad)