«Capello» Huet est

de retour à La Calamine La Calamine Hamoir Dimanche 15 h

Arbitre: M.Moons

LA CALAMINE: Dome, Stelhing, Mach, Mack, Scholzen, Zerafi, Farina, Hilisgsmann, Diaz, Pasaoglu, Scattone, Lousberg, Nelis, X, X

Gabo, Forthomme, André, Courail, Shaibi se disputaient les deux dernières places.

HAMOIR: De Simone, Berger, Coenen, Reginster, Piron, Pauletti, Attardo, Miceli, Rovny, Mones, Renson, Ayed, Negrin, Jaspar, Tamir, Jourdan, Castillo, Brasseur

Un groupe de 18. Piron et Castillo ont repris l'entraînement collectif. Seul Magnetico (épaule) est out.

Ce match, il l'a coché dans son agenda depuis de nombreuses semaines. Il est déjà retourné au Stade Prince Philippe depuis ce soir de défaite face au RCS Verviers, le 11décembre 2005, soir qui le vit quitter définitivement ce club calaminois auquel il avait tant apporté. Mais demain, ce sera spécial, différent. Demain, il reviendra sur le petit banc, coacher l'équipe d'en face. Celle où on retrouve des Negrin, Miceli, Castillo, Ayed, Jaspar, Tamir... tous des gars pour qui la séparation ne s'est pas vraiment déroulée sans heurts. Stéphane le sait. Mais Égide Forthomme, l'actuel coach de l'Union, aussi. «On ne m'a pas vraiment parlé du retour de Stéphane Huet et des anciens. L'actualité a pris le pas sur l'émotionnel. Mais ce qui est clair, c'est que je ne devrais pas trop présenter l'adversaire car finalement mes joueurs le connaissent mieux que moi. J'avais prévu d'aller voir Hamoir la semaine dernière mais on sait ce qu'il est advenu.»

«Un malin convivial»

Ce qu'on sait peut-être moins, c'est que les deux coaches se connaissent bien et s'apprécient. «On a fait nos trois années de cours d'entraîneur ensemble, explique Égide. Nous étions une petite section, avec Serge Gehoulet entre autres, et l'ambiance était excellente. Stéphane était toujours chez les jeunes à Liège à l'époque. Mais, on sentait dans son discours, très posé, qu'il fourmillait d'idées et qu'il serait capable de faire du bon travail chez les adultes. Pour moi, c'est un malin convivial.»

Il y a donc fort à parier que les deux hommes se retrouveront après la rencontre autour d'une fraîche blonde pour se remémorer cette époque. S'il gagne, Capello la fera certainement longue, comme au bon vieux temps. S'il perd... «Cela ne me fera pas plaisir mais ne m'empêchera pas de boire un verre avec des Dome, Mach, Farina, Nelis... des gars avec qui j'ai des atomes crochus. Vous savez, Hamoir et La Calamine véhiculent finalement le même type d'image. Des clubs où la convivialité règne, où le foot est et reste un amusement quel que soit le résultat.»

Alors, c'est avec un réel plaisir qu'il saluera les responsables de la buvette, les supporters de l'Union - des vrais fêtards - mais aussi les Pierrot Robeyns, Guy Hennes, Raymond Offermann, Denis Rocks, bref ceux avec qui il a passé de très bons moments durant cinq ans. «Je sais ce que La Calamine m'a apporté et ce que je lui ai donné. Chacun y a gagné dans cette expérience et si j'ai quitté le club, c'est avant tout parce que je n'étais pas parvenu à mes objectifs, que le groupe ne répondait plus vraiment à ce que j'attendais de lui. Je me suis posé mille questions, je me suis remis en question et j'ai abouti à la décision que tout le monde connaît. Et avec le recul, ce fut la bonne puisque le club termina cette année-là à la 3e place.»

«Déçu pour Jonathan»

Jamais vous n'entendrez Stéphane Huet dénigrer son ancien président. «Tout simplement parce que c'est un homme entier qui, s'il a quelque chose à vous dire, il vous le dira en face. Et puis, je n'oublie pas son geste.» Capello avait remis sa démission en tout début d'exercice 2004-2005 mais Égide Sébastien l'avait sommé de changer d'avis. Fait unique!

«C'est pour cela que je ne me positionnerai nullement sur l'éviction de Stéphane Ochendzan que je connais très bien. Je dirais juste que cela méritait plus de réflexion vis-à-vis d'un joueur qui a été capitaine et qui faisait partie du club depuis 5 ans. Aller le trouver, lui expliquer fermement, il aurait compris...»

Par contre, Steph'se fait plus disert sur le cas Negrin, jeté comme un malpropre fin de saison 2005-2006. «C'était quelque mois après ma démission et c'est pour moi le seul point noir que je retiens de mon passage chez les Frontaliers. Jonathan ne méritait nullement un sort pareil. C'est un clubman à 250%. La Calamine, c'était son club. Il amenait 10 à 15 personnes à chaque rencontre. C'était aussi l'âme de cette équipe et, oui, je n'ai pas peur des mots, on lui a manqué de respect. Personnellement, je ne regrette nullement de l'avoir repris du côté d'Hamoir. Tout simplement parce que c'est un joueur exceptionnel en promotion et un très bon en D3. J'espère qu'il me le prouvera encore d'ici fin de saison. Et, humainement, c'est une crème, un relais pour un entraîneur...»

Demain, Stéphane, Jonathan, Raphaël, Kevin, Medhi, Stéphane et David reviendront sur des terres connues. Conquises pour certains, hostiles pour d'autres. Mais le football reste avant tout un jeu dont ils ont été privés il y a huit jours. Leur seul leitmotiv: se faire plaisir... et rapporter les trois points dans le Condroz.