Comment avez-vous commencé votre carrière de comédienne ?

Je vais parler de mon envie plutôt que de la carrière. Quand j’étais en troisième primaire, un monsieur est arrivé dans la classe pour faire un spectacle de fin d’année. Il nous proposait d’étudier un texte et de jouer une pièce de théâtre. J’avoue que, chaque mercredi, c’était un supermoment. Et j’ai pris un plaisir dingue à devoir apprendre ce texte. Et puis quand j’ai joué ce spectacle, ça a été une découverte. Je ne savais pas que je pouvais en faire un métier. Mais ça me plaisait énormément d’avoir la réaction du public, les rires, les gens qui venaient me dire « C’est génial, j’ai tout de suite vu le personnage que tu étais… ». J’ai dit à mes parents : « J’aimerais bien qu’on m’inscrive à l’académie. » Voilà comment mon envie a germé.

Il faut avoir un diplôme particulier pour faire ce métier ?

 Plein de formules existent. Mais j’avais envie d’avoir de très bonnes bases, de connaître d’où vient le théâtre, d’avoir une culture théâtrale. Donc je me suis inscrite à l’académie de Braine-l’Alleud, et ensuite au Conservatoire royal de Bruxelles. J’ai très vite compris que la curiosité était importante. Donc, en plus du théâtre classique à l’école, j’ai essayé de faire du mime, de voir ce que c’était le clown, d’avoir des jobs d’étudiante qui m’ont nourrie tout autant…

ÉdA/ M. Golinvaux

Quelles qualités et défauts faut-il pour être comédienne ?

Je pense qu’il faut être passionnée, parce que je dois toujours étudier, mon cerveau est toujours en action puisque je dois sans cesse apprendre de nouvelles choses pour un film, une pièce de théâtre… Mais il y a quelque chose de génial dans le théâtre, c’est qu’il faut que j’imprègne aussi le texte dans mon corps. Et c’est un très bon exercice ! Essayez, quand vous avez une leçon, de bouger dans la pièce. Essayez d’être le personnage d’histoire dont on parle. Vous allez voir que ça marche! Un défaut ? Je crois qu’il faut un peu d’orgueil. Et une grosse dose d’inconscience, parce qu’au théâtre, ce sont chaque jour des gens différents, qui ne vont peut-être pas aimer ce que je propose.

Qui vous inspire dans votre métier ?

J’avoue qu’il y a beaucoup de femmes qui m’ont bien plu mais je ne dirais pas qu’une seule personne m’a inspirée. Je conseille d’être curieux, d’aller voir plein de choses différentes. Vous allez voir un film, un dessin animé, une pièce de théâtre, et vous dites « Oh, ça m’ennuie! », puis un autre truc « Ah, ça, j’aime bien! ». Voir plein de choses, ça vous donne plein de couleurs, comme un arc-en-ciel, pour pouvoir faire vos propres choix.

ÉdA/ M.Golinvaux

Vous passez combien de temps à répéter ?

Pour faire un spectacle, il y a d’abord l’écriture. Je vais dire que ça prend un an à partir du moment où j’ai l’idée, pour écrire, choisir le metteur en scène, avoir l’idée du décor, la construction… Et les répétitions, c’est tous les jours. Bien sûr, je ne suis pas tout le temps sur scène, j’ai aussi une vie de maman, et je fais les courses, les lessives… Du coup, je répète souvent le soir. J’essaie d’être rigoureuse et d’étudier un petit peu tous les jours. Parce que c’est horrible d’étudier la veille pour le lendemain ! Il faut remplir son cerveau en une fois…

Est-ce que vous avez déjà eu des trous de mémoire ?

Oui, ça m’arrive quand je n’ai pas bien étudié… Ça m’est arrivé une fois au cinéma. J’avais étudié la veille pour le lendemain, j’ai fait plein de fautes, j’avais des trous, c’était horrible. Je peux vous dire : une fois mais pas deux. Parce qu’il y a tellement de gens qui comptent sur nous, les comédiens, que si je ne connais pas bien mon texte, je mets tout le monde dans un grand embarras.

ÉdA/M.Golinvaux

Qu’est-ce que vous aimez quand vous êtes sur scène ?

Je me sens bien. Je me suis écoutée quand j’avais 8 ans. J’ai décidé de faire quelque chose que j’aimais. Je n’ai pas pensé à l’aboutissement tout de suite, mais le théâtre m’a aidée à avoir confiance en moi. Avec le théâtre, je sentais que j’avais ma place parce que j’adore communiquer avec les gens et faire passer des émotions.

Vous préférez tourner des films, jouer au théâtre ou faire de la scène seule ?

J’ai la chance de pouvoir faire plein de choses différentes et c’est ce qui me plaît. J’aime faire du cinéma parce que j’adore être au service d’un metteur en scène et travailler en équipe. J’adore le théâtre, répéter avec les autres. Et l’écriture, j’aime aussi. C’est plus récent parce que je n’osais pas. D’ailleurs, je vous le conseille : ne doutez jamais de vous! Essayez. La première fois, c’est toujours difficile. La deuxième fois, ça ira déjà mieux. C’est comme pour manger. Vous n’aimez pas les choux de Bruxelles ? Goûtez une fois, deux fois, trois fois, et vous verrez que vous allez apprécier!

Le site de Virginie Hocq